Etudes & Analyses

Le SWOT de Michel et Augustin

Lancé sur le marché très éclaté de l'alimentaire, exposé à une très forte intensité concurrentielle de la part des plus grands groupes internationaux (Nestlé, Procter et Gamble, Kraft Food...), Michel et Augustin apporte de la fraicheur et de nouvelles saveurs à un secteur en panne d'inspiration. Étude de la start-up à travers son SWOT.

ABONNEZ-VOUS

Consultez tous nos documents en illimité !

img

à partir de 19.95 € sans engagement de durée

Voir les offres
Michel et Augustin, analyse SWOT

Credit Photo : Unsplash Olia Gozha

« Les trublions du goût »
Analyse SWOT de Michel et Augustin
Forces
Faiblesses
Opportunités
Menaces

« Les trublions du goût »

L'aventure menée par Augustin Paluel-Marmont et Michel de Rovira commence en 2004 par la fabrication de biscuits initialement dans leurs propres fours puis en boulangerie et en biscuiterie. La volonté de se positionner sur un marché porteur et d'apporter une innovation a toujours animé les deux protagonistes. La notoriété de Michel et Augustin s'est véritablement développée en 2006 grâce au lancement de nouveaux parfums, de nouveaux formats et d'une nouvelle gamme de yaourts à boire (La Vache à Boire) et de yaourts à glacer. La marque étonne et détonne de ses concurrents en inspirant de la sympathie aux consommateurs. Elle marque son propre territoire et n'hésite pas à sortir des sentiers battus avec des packagings évoquant le retour à l'enfance, l'innocence, le plaisir de cuisiner, d'innover et un slogan révélateur de son ambition : « Les trublions du goût ». Le leitmotiv est clair, simple et direct : proposer des produits de qualité à partir de recettes traditionnelles, utiliser des ingrédients sains et redonner des couleurs aux paniers des consommateurs.

La stratégie mise en place par les deux fondateurs vient casser les codes prédéfinis, apporter un vent de fraicheur et un véritable renouveau à des packagings impersonnels de grandes marques établies depuis des décennies sur ce marché ou des grandes marques de distributeurs. Le succès est rapidement au rendez-vous comme en témoignent sa croissance et des performances incomparables. La jeune startup a enregistré une croissance fulgurante ces dernières années avec plus de 40% de progression ces six dernières années, une croissance salariale de plus de 3000%. Des chiffres et une performance qui ont de quoi faire pâlir bon nombre de concurrents directs. Analysons dès à présent le positionnement de cette entreprise et de son environnement à l'aide de la matrice SWOT.

Michel et Augustin logo
Credit Photo : Michel et Augustin

Analyse SWOT de Michel et Augustin

Forces

- Une image de marque jeune et innovante inspirant la sympathie.
- Une stratégie marketing jouant sur un humour décalé.
- Un esprit d'entreprenariat valorisé.
- Le succès d'une politique de communication légère et innovante : très peu d'investissement pour de très grosses retombées.
- La satisfaction client au coeur de la stratégie.
- La capitalisation et la valorisation de la start-up.
- Des choix de packagings très épurés et qualitatifs.
- Le succès d'une implantation en GMS.

Faiblesses

- La politique de prix élevés et la stratégie d'écrémage défavorable dans un contexte de récession.
- Une gamme très peu étendue (biscuits et yaourts).
- Une notoriété peu consolidée, statut de start-up.
- Une cible marketing restreinte (jeunes actifs).

Opportunités

- Un concept en vogue et une campagne de communication favorable au choix de produits sains et des ingrédients de qualité.
- Le nombre de consommateurs actuels et relatifs de biscuits et de produits laitiers en constante augmentation.
- La mondialisation et la croissance démographique très importante en Asie et Afrique.
- Un prix psychologique plus élevé pour les marques de niche et les marques haut de gamme.
- La dimension hédoniste de l'achat de produits alimentaires.

Menaces

- La notoriété et la pression concurrentielle de grands groupes internationaux solidement établis.
- Les règles et les contraintes imposées par les enseignes de grande distribution (prix, pouvoir de négociation...).
- Le contexte économique défavorable dans la zone euro (récession...) et la baisse du pouvoir d'achat de la population.
- Le développement et l'essor des marques de distributeurs accessibles et de qualité.
- La tendance favorable aux produits bio.

Sources : Michel et Augustin, Capital


Les articles suivants peuvent vous intéresser :

L'analyse SWOT de A à Z
La marque Bonne Maman : stratégie et analyse SWOT
Analyse SWOT : étude du cas Danone
Le marché de la minceur, un marché qui grossit
La communication de l'enseigne la Brioche Dorée