Etudes & Analyses

Matrice McKinsey de Kering

Kering est une entreprise française qui fait partie du secteur du luxe fondée en 1962. Ses principales activités sont le prêt-à-porter, les accessoires, la joaillerie, mais également l'horlogerie et la maroquinerie.

Consultez
tous nos documents
en illimité !

à partir de</br> <span>19.95 €</span></br> sans engagement</br> de durée

à partir de
19.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres
Matrice McKinsey de Kering

Credit Photo : Unsplash Gabrielle Henderson

Chiffres clés
Matrice McKinsey de Kering
Explications de la matrice


Chiffres clés

En 2020, le groupe enregistre un chiffre d'affaires de 15,9 milliards d'euros, soit une augmentation de 16,2 % par rapport à l'année précédente. Il compte de plus 30 956 collaborateurs et 1381 magasins dans le monde.
Notons de plus qu'il possède plus d'une dizaine de marques différentes, dont Gucci, Yves Saint Laurent, DoDo ou encore Balenciaga.


Matrice McKinsey de Kering


Matrice Kering
Credit Photo : Etudes-et-analyses.com

Explications de la matrice

Cette matrice montre avec davantage d'exactitude les domaines d'activités du groupe Kering et les attraits et atouts de la société face à la concurrence. Cela permet au groupe de savoir quelle position stratégique occuper face à tel segment et pourquoi.

Elle vient en complément d'autres analyses, notamment les SWOT et PESTEL qui permettent quant à elles d'étudier les diagnostics interne et externe.

Dans cette analyse, nous pouvons voir que le prêt-à-porter, les accessoires et la fondation contre la violence faite aux femmes, qui existe depuis 2014 possèdent des attraits et des atouts forts contre la concurrence.

Il en va de même avec les produits bio, qui sont commercialisés par le groupe pour répondre à un besoin et à une demande précise des consommateurs.

La couture, la maroquinerie et l'horlogerie possèdent quant à eux un attrait moyen pour une forte concurrence.

Depuis l'arrivée sur le marché des objets connectés, l'horlogerie traditionnelle a fait un léger bond en arrière. Les besoins des consommateurs ont été modifiés par l'arrivée massive d'Internet et de la concurrence, rendant certains secteurs parfois moins attractifs, que ce soit pour les clients comme pour la concurrence d'ailleurs, ce qui oblige les entreprises à innover constamment pour garder un avantage certain sur les autres acteurs.

La joaillerie possède un atout/ attrait moyen pour le groupe, avec une rentabilité plutôt sélective. Kering rentabilise de manière prudente, pour comprendre avec plus d'exactitude l'évolution du segment face à la concurrence.

Pour les lunettes de luxe, le groupe segmente son activité de manière à pouvoir la maintenir sur le marché. Les lunettes de luxe n'intéressent que 12 % de la population la plus aisée, et ici aussi, la concurrence s'avère redoutable, laissant peu de marge d'erreur à des sociétés non spécialisées comme Kering.

L'objectif du groupe en 2021 et pour les années à venir est de maintenir une position concurrentielle forte sur le thème de la protection de la planète notamment et sur celui de la performance de l'entreprise en gardant à l'esprit que seules les innovations pourront engendrer des parts de marché supplémentaires dans le monde entier et séduire une plus large cible de consommateurs.

Kering souhaite de plus faire l'apologie d'un luxe moderne et plus audacieux que celui de ses concurrents, tout en touchant une plus grande partie de la population.



Source : Kering.com