Etudes & Analyses

Consultez tous nos documents en illimité !

à partir de <span>19.95 €</span> sans engagement de durée

à partir de 19.95 € sans engagement de durée

Voir les offres

Analyse SWOT de Jennyfer

D'enseignes phares du vêtement féminin des années 90 à l'orée des années 2000, les magasins Jennyfer ont subi une brutale chute dans l'esprit des consommateurs et une perte manifeste de parts de marché sur un secteur du prêt-à-porter pourtant toujours très rentable. 2019 marque le retour sur le devant de la scène pour la marque, qui a frappé un grand coup médiatique avec sa campagne #DontCallMeJennyfer : signe que l'entreprise souhaite à nouveau faire partie de ceux avec lesquels il faut compter. Une analyse SWOT va nous permettre d'identifier les forces, faiblesses, opportunités et menaces de Jennyfer dans cet objectif.

Jennyfer analyse SWOT

Jennyfer campagne don't call me

Analyse SWOT


Forces

- Prix très attractifs, clé du succès de la marque dans les années 1990

- Présence internationale avec environ 500 magasins dans le monde. Jennyfer étant une société française, l'Hexagone compte à lui seul près de 330 points de vente

- Encore une bonne notoriété dans le prêt-à-porter féminin (Jennyfer fait partie des enseignes citées régulièrement pour exemple)

- Par sa souplesse de développement - il y a des points de vente Jennyfer gérés en propre, mais aussi en franchisés et en affiliation - l'ouverture des magasins est facilitée


Faiblesses

- Gammes de produits trop réduites et/ou ciblées : Jennyfer est le magasin de l'adolescente en termes de clientèle (la majorité des clientes ont moins de 24 ans) et de perception plus globale sur le marché

- Instabilité financière : depuis 2005 et le changement de direction, Jennyfer peine à réaliser des profits suffisants. En 2018, le résultat net de l'entreprise était déficitaire

- Jusqu'en 2019, n'avait pas communiqué depuis près de vingt ans ! C'était le concept initial, de ne pas user des médias pour leur communication, basée sur les vitrines et la promotion sur le lieu de vente. Mais la posture s'est retournée contre l'enseigne avec le temps


Opportunités

- Après le succès de la campagne #DontCallMeJennyfer, un espace médiatique est à saisir pour redorer l'image de la marque, notamment grâce à un aspect plus inclusif (« no gender ») qui envoie valser l'image adolescente de Jennyfer

- Avec « seulement » 500 points de vente dans le monde, de nombreux marchés géographiques sont à atteindre

- Par ailleurs, les magasins de prêt-à-porter évoluent et parviennent à révolutionner l'achat avec des notions comme la spectacularisation de l'achat ou plus sobrement l'utilisation du digital (web-to-store, click and collect, prêts de tablettes tactiles en rayons...)


Menaces

- Concurrence extrêmement dangereuse et bien implantée. Si Jennyfer était une marque pionnière dans les années 1990, elle doit faire face à la fast fashion de la décennie 2010 avec des enseignes puissantes et leaders de marché comme H&M ou Zara

- Clientèle versatile dont la fidélité est plus relative que jamais : dans le secteur du prêt-à-porter, c'est la qualité des collections d'une saison à l'autre et surtout le rapport qualité du vêtement - prix qui prime. Les acheteurs ne se réservent plus à une seule enseigne, les collections entre concurrents peuvent d'ailleurs, parfois, être proches


Sources

https://www.jennyfer.com/

https://docplayer.fr/9756626-Jennyfer-l-evolution-d-une-marque.html

https://www.cbnews.fr/marques/image-dontcallmejennyfer-jennyfer-signe-son-retour-pub-avec-buuzzman-43230