Etudes et Analyses

Jeux vidéos et NTIC : la révolution continue

Avec l'annonce faite par Nintendo qu'un jeu Pokemon pour iPad était en préparation, c'est un des derniers bastions des jeux vidéo à l'ancienne qui tombe. En effet, la firme japonaise était une des rares à refuser de s'adapter au nouveau marché des smartphones et des tablettes. L'occasion de revenir sur les évolutions récentes du secteur des jeux vidéo, chamboulé comme jamais depuis quelques années par les NTIC.

abonnez-vous

Consultez
toutes nos études
& analyses sectorielles
en illimité !

img

à partir de
19.95€
sans engagement
de durée

Voir les offres
Jeux video

https://www.flickr.com/photos/jacme31/

Internet, une nouvelle dimension

Secteur né avec les ordinateurs, les jeux vidéo étaient voués à absorber tous les chamboulements qu'ont supposé les « Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication » (NTIC), et tout d'abord internet. Dès que les ordinateurs ont été raccordés en réseaux, les studios de développement se sont rués sur l'occasion pour faire sortir le joueur de son isolement. Car bien avant l'ère d'internet, il était possible de jouer avec des amis sur une seule console, ceci ne concernait que quelques genres bien précis (jeux de football, jeux de course, jeux de combat...). Les jeux vidéo en ligne ont fait entrer le secteur dans une nouvelle dimension, dont on n'a pas encore fini de découvrir les conséquences.
Si au commencement, le mode « en ligne » était seulement un mode de jeu accessoire, avec Counter Strike sont vite apparus des jeux dont l'intérêt résidait exclusivement dans l'interaction avec les autres joueurs connectés. S'ils sont des milliers c'est encore mieux : c'est le cas des MMORPG (acronyme anglais de Jeux de Rôle massivement multijoueurs) qui, tels World of Warcraft, mettent en scène des parties épiques où peuvent participer autant de joueurs que les serveurs le permettent, parfois à plusieurs milliers sur une même partie.
Les réseaux sociaux ont quant à eux fait apparaître un nouveau type de jeux, les jeux sociaux. Caractérisés par des concepts simples, ils tirent tout leur intérêt de l'interaction entre le joueur et ses amis sur Facebook, Twitter et autres. Qu'ils s'appellent Mafia War, Farmville ou Clash of Clans, le principe est le même : plus le joueur possède d'amis jouant au même jeu, plus il ira loin. Pour l'éditeur du jeu, c'est l'assurance de diffuser son jeu de manière virale.

Une diffusion sans précédent

Les téléphones intelligents ont eux aussi provoqué une révolution dans le secteur, tout d'abord par leur diffusion. Avec la généralisation des smartphones, n'importe qui a dans sa poche une mini-console de jeux en puissance. Le fait de l'avoir tout le temps sur soi est également une aubaine pour les développeurs de jeux vidéos, qui se sont alors penchés sur des jeux simples, qui peuvent se jouer en 5 minutes, parfaits pour tuer le temps dans les transports en commun. A la suite de Fruit Ninja ou de Candy Crush Saga, c'est un nouveau marché qui est apparu pour les jeux vidéo, qui n'étaient plus réservés aux possesseurs de consoles de salon ou de PC.
En plus d'ouvrir des marchés, les NTIC ont également permis de nouveaux modes de commercialisation des jeux vidéo. Une fois le jeu vendu, le travail des éditeurs ne s'arrête plus là : il existe maintenant une multitude de contenus additionnels à télécharger, payants ou non, censés améliorer l'expérience du joueur. Cas extrême, le jeu Mass Effect 3, sorti en 2012, avait poussé la logique trop loin en faisant payer le joueur pour accéder à la fin de l'histoire. Devant la colère de la communauté des gamers, l'éditeur avait fait machine arrière...
Grâce aux NTIC, les jeux vidéo n'ont pas seulement atteint de nouveaux publics, ils ont aussi suscité de nouvelles méthodes de socialisation chez le public original. Outre les forums, les joueurs se retrouvent aujourd'hui autour de Youtubers célèbres, animant des vidéos dédiées à leurs jeux préférés. Si bien qu'aujourd'hui, la chaîne YouTube la plus regardée, tous genres confondus, est celle de PewDiePie. Ce suédois de 24 ans totalise plus de 30 millions d'abonnés à sa chaîne, où il commente ses parties avec humour. Après avoir été bouleversé par les NTIC, les jeux vidéo seraient-ils en train de les bouleverser à leur tour ?