Etudes & Analyses

Analyse SWOT des néobanques

Les néobanques sont des banques 100% en ligne, le terme est relativement récent et désigne plus précisément des banques qui proposent des services basiques de compte courant sur mobiles.
La part de marché de ces banques atteint 6,3% en fin d'année 2019, mais malgré un nombre de consommateurs toujours plus important qui se laisse séduire par ce genre de services, la plupart ont du mal à atteindre un seuil suffisant de rentabilité.

Consultez tous nos documents en illimité !

à partir de <span>19.95 €</span> sans engagement de durée

à partir de 19.95 € sans engagement de durée

Voir les offres
Panorama neobanques

Panorama neobanques - home.kpmg

En France, les principales néobanques sont le compte Nickel, N26, Révolut, Orange Bank et Czam.

Malgré un nombre important d'ouvertures de comptes, les comptes réellement actifs se situent aux alentours de 60- 75% selon les banques.


Les forces

La principale force est que le concept correspond aux attentes et aux besoins des consommateurs qui peuvent avoir ainsi le contrôle total sur leurs comptes en banque.

La simplicité d'ouverture de compte et d'utilisation est également un point très positif. Cela permet un élargissement de la cible de base et désinstitutionnalise l'univers de la banque, le rendant ainsi plus accessible.

Les néobanques sont en outre autorisées aux personnes en situation d'interdit bancaire.

Notons enfin des tarifs très intéressants sur le long terme, avec des services gratuits pour la plupart et la délivrance d'une carte bancaire de type Mastercard qui est par ailleurs commune à toutes les néobanques.

Les comptes sont disponibles via une application sur smartphones et tous les appareils mobiles d'une manière générale, ce qui en facilite grandement l'utilisation.


Les faiblesses

La principale faiblesse de ces banques restent le fait qu'elles ne peuvent pas de fait être aussi complètes que les autres banques, et proposer les mêmes services. En effet, de par leur simplicité d'utilisation et d'ouvertures de compte dite sans contrainte, certains services ne sont pas accessibles, comme la possibilité d'effectuer des transactions avec de l'argent liquide ou d'avoir accès à un chéquier. Notons de plus qu'il s'agit de comptes dit minimalistes, avec aucune autorisation de découvert.

Comme dans un grand nombre de banques en ligne, les agences physiques sont inexistantes, il faut donc conjuguer en cas de problème avec un service clientèle en ligne par un système de chat (N26) ou par téléphone (Czam).

Les clients se plaignent assez fréquemment d'un service clientèle qui manque de réactivité selon les banques, et où il faut parfois attendre assez longtemps pour pouvoir parler à un conseiller. Les banques qui proposent un système de chat semblent plus appréciées, l'attente étant toujours moins stressante. Notons enfin que ces banques sont assez peu rentables pour le moment, certaines possèdent un avenir incertain. A titre d'exemple, le compte Nickel a ouvert en 2014 mais n'est rentable que depuis 2017.


Les opportunités

Certaines néobanques pourront se développer davantage, si elles atteignent avec le temps le seuil de rentabilité souhaité.

Dans la pratique, elles sont une bonne alternative aux banques parfois trop complexes et peuvent également servir de comptes annexes à la plupart des consommateurs, des comptes par exemple dédiés aux différents loisirs par exemple.

L'utilisation peut être également assez intéressante pour les plus jeunes, qui peuvent alors obtenir un compte bancaire avec une liberté relative et une sécurité maximale, puisqu'aucun risque de découvert n'est possible.


Les menaces

Le secteur bancaire est très concurrencé, la principale menace est donc la concurrence.

En effet, le marché est rempli de banques traditionnelles, qui sont généralement le premier choix des consommateurs, d'une part parce qu'ils les connaissent mieux mais également parce qu'elles sont les plus facilement reconnaissables dans tout le pays, par leur notoriété et leurs agences physiques.

Les autres banques en ligne du type Boursorama ou ING Direct ont également un vif succès, déjà parce qu'elles offrent des bonus compris entre 50 et 200 euros selon les banques, et que contrairement aux néobanques, elles permettent de réaliser davantage d'opérations et permettent entre autres l'obtention d'un chéquier, des cartes bancaires avec plus d'avantages et une autorisation de découvert.