Consultez
tous nos documents
en illimité !

ABONNEZ-VOUS

à partir de
19.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres

Analyse PESTEL du marché de l'automobile

Le marché de l'automobile en France est l'un des principaux secteurs industriels, créateur d'emploi et du Produit Intérieur Brut. L'automobile a été, comme bien de nombreux secteurs, touchée de plein fouet par la crise Covid-19, les restrictions sanitaires, les fermetures répétées des concessions et magasins. En 2019, plus de 2.2 millions de véhicules (de toutes catégories confondues) avaient été immatriculés en France. En 2020, ce chiffre est tombé à 1.7 million.

Analyse PESTEL du marché de l'automobile

Credit Photo : Unsplash Obi Onyeador

Nous dressons ici une analyse de l’environnement PESTEL de ce marché de l’automobile, particulièrement en France. Nous étudierons pour cela tour à tour les facteurs politiques, économiques, sociaux, technologiques, écologiques et légaux qui exercent ou sont susceptibles d’exercer une influence sur le marché de l’automobile dans son ensemble.

Les facteurs politiques

La stabilité politique, le parti politique du président de la République, exercent une première influence sur le marché automobile. En effet, la couleur politique du gouvernement peut entraîner des choix en matière de politiques liées à l’automobile, comme une hausse des aides accordées en cas de reprises d’anciens véhicules, etc. Ces incitations politiques (liées à des incitations économiques, parfois représentant des montants significatifs) impactent le marché, soit dans son ensemble, soit pour certaines catégories de véhicules (les véhicules électriques ou hybrides, par exemple).

Les décisions politiques de confinements, de couvre-feux, de fermetures administratives des commerces considérés comme non essentiels, sont également des influenceurs majeurs du marché automobile global.

Les conflits politiques, notamment au Moyen-Orient, entraînent des variations importantes des quantités de pétrole disponibles, et donc des prix du carburant à la pompe, qui jouent également un grand rôle dans les décisions d’équipement des ménages. Lorsque le pétrole est cher, les ménages sont plus nombreux à se renseigner sur des véhicules électriques ou hybrides, ou à emprunter moins souvent leur voiture.

Les facteurs économiques

La croissance, l’inflation, le taux de chômage et le niveau d’épargne des Français sont quelques facteurs pouvant impacter le marché automobile. En effet, dans des situations anxiogènes ou dans un contexte d’incertitude, les consommateurs ont tendance à accroître leur épargne et à réduire leur consommation. Cela peut se traduire par exemple par un report de certaines décisions d’investissements, comme l’achat d’un véhicule.

Les facteurs sociaux

Les changements de mode de vie, la diffusion du télétravail, l’importance accrue donnée à la préservation de l’environnement, peuvent exercer une influence sur le marché de l’automobile. Pour certains, disposer de quelques jours de télétravail par semaine peut pousser à déménager pour s’éloigner des grandes métropoles et ainsi bénéficier d’une meilleure qualité de vie, quitte à réaliser des trajets plus longs pour les jours de travail en présentiel. Cela peut engendrer de nouveaux besoins en matière d’équipement automobile. L’importance grandissante accordée à la préservation de l’environnement et des ressources naturelles peut également conduire les consommateurs au renouvellement prématuré de leur véhicule en vue d’acquérir un véhicule électrique ou hybride.

Par ailleurs, la démocratisation du covoiturage ou de la voiture partagée exerce également un impact sur le marché de l’automobile global.

Les facteurs technologiques

Le développement des biocarburants, l’amélioration de la tenue des batteries pour les véhicules électriques et le raccourcissement de leurs temps de recharge, le développement de solutions nomades de rechargement des batteries électriques, les progrès réalisés sur les moteurs hybrides, sont autant de facteurs technologiques impactant le marché automobile.

Les facteurs écologiques

L’écologie occupe une place grandissante dans les consciences et dans la vie quotidienne des consommateurs. Ceux-ci sont de plus en plus nombreux à abandonner quand ils le peuvent la voiture au profit des transports en commun, du vélo ou de la trottinette. Par ailleurs, les voitures électriques ou hybrides représentent une part grandissante du chiffre d’affaires du marché automobile global, témoignant de l’intérêt des consommateurs pour ces solutions moins polluantes.

La recherche d’une production locale ou moins lointaine impacte aussi le marché, en favorisant les industriels qui ont opté pour une relocalisation de leur production, totale ou partielle, en France ou en Europe.

Les facteurs légaux

L’entrée en vigueur du règlement européen RGPD, récemment, a par exemple exercé une forte influence sur le marché de l’automobile. Elle a obligé l’ensemble des acteurs du marché à se réorganiser pour se mettre en conformité avec les exigences européennes, ce qui a entraîné des coûts et des tâches administratives de grande envergure. Les lois ou règlements limitant par exemple la vitesse sur les routes sont également susceptibles d’influencer le marché global. Les lois ou règlements concernant la concurrence et la limitation des concentrations sur le marché peuvent également redistribuer les cartes, sur un marché où la tendance générale est à la concentration et à la création de groupes toujours plus gigantesques, comme récemment avec la création de Stellantis.

Le marché automobile est un marché qui fait l’objet de perpétuelles évolutions et qui est soumis à de nombreux facteurs internes et externes. Le marché a été fortement bousculé par la crise COVID en 2020 et en 2021 et tente péniblement de renouer avec la croissance et de retrouver une dynamique.

 
Sources : Paru Vendu, Alioze, L’Argus