Consultez
tous nos documents
en illimité !

ABONNEZ-VOUS

à partir de
19.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres

Analyse comparative de Leclerc et Carrefour (distribution)

Leclerc et Carrefour sont deux géants de la grande distribution implantés en France. Nous dressons ici une analyse comparative des deux groupes, de leurs modèles, ainsi que de leurs forces et de leurs faiblesses respectives. Nous commencerons par mentionner les principaux points communs entre les deux enseignes, puis mettrons en lumière leurs principales distinctions. Carrefour est clairement l'acteur de plus grande taille, le plus classique. Leclerc s'affiche comme le premier concurrent, outsider devenu crédible après des décennies de croissance exponentielle.

Leclerc, Carrefour

Credit Photo : Leclerc et Carrefour

 

I. Les principaux points communs entre Leclerc et Carrefour

Leclerc et Carrefour sont tous les deux des leaders sur le marché, présents sur le podium des distributeurs. Leclerc dispose d'une part de marché de près 23%, et Carrefour près de 20%.

Les niveaux de fréquentation des supermarchés, toutes enseignes confondues, sont revenus à des niveaux comparables aux années d'avant la pandémie de Covid. Cela témoigne de la modification des habitudes des consommateurs qui ont fui les centres commerciaux et les grandes surfaces pendant plusieurs mois durant l'épidémie. Néanmoins, la fréquentation des différents segments du marché connaît des évolutions significatives ces dernières années, qui s'appliquent à tous les acteurs du marché dont Carrefour et Leclerc. Les deux chaînes se heurtent au déclin de l'activité des hypermarchés, au profit des petites enseignes et commerces de proximité. Les consommateurs fréquentent de moins en moins les grands supermarchés et hypermarchés, et préfèrent fréquenter les enseignes locales. Les enseignes du type Carrefour Express ou Carrefour Market sont très fréquentées, très appréciées des clients notamment en raison de leur grande plage d'horaires d'ouverture et de leur proximité.

Leclerc et Carrefour sont touchés de plein fouet par le retour de l'inflation et la hausse généralisée des prix. Les consommateurs ont tendance à prêter plus d'attention aux prix, à réduire leurs dépenses non essentielles, etc. Cette tendance se traduit notamment par la diminution du panier moyen lors des visites des clients en supermarché, mais également par des visites plus fréquentes. Il n'existe pas de réelle distinction entre les impacts observés chez Leclerc ou chez Carrefour.

Après des mois d'euphorie absolue, notamment en raison de la pandémie de Covid-19, les chiffres d'affaires réalisés par le biais du drive s'essoufflent, et diminuent de façon significative. Les prix des Drive étant généralement supérieurs aux prix en magasin, ces types de distribution sont pénalisés en cas de hausse de l'inflation. Dans de tels cas, les consommateurs préfèrent aller en rayon et bénéficier de meilleurs tarifs, même s'ils apprécient la facilité du drive et le gain de temps qu'il représente. Comme évoqué plus haut, la tendance est à la fréquentation plus souvent des magasins, mais la recherche des petits prix, voire de premiers prix, est la tendance phare de ces derniers mois. De même, les drives urbains ne remportent plus autant d'adhésion de la part des consommateurs, et Carrefour comme Leclerc ont décidé de stopper leurs développements en la matière. Les expansions sont longues et coûteuses, et les deux groupes préfèrent se recentrer sur les petites et moyennes surfaces, très prisées des consommateurs, qui permettent un retour sur investissement assez rapide.

Enfin, les deux enseignes évoluent avec leur époque. Toutes deux se lancent progressivement dans d'importantes initiatives de réduction des déchets, d'orientation verte, de suppression des catalogues papier pour les différentes enseignes. De plus, les deux enseignes travaillent activement et envisagent de permettre des commandes rapides, en livraison à domicile, pour les clients et les prospects. L'objectif est de permettre d'avoir un catalogue suffisamment fourni pour convaincre les clients de passer commande, et d'en obtenir la livraison en une heure environ, notamment dans les grandes villes de France.

II. Les éléments de différenciation entre Leclerc et Carrefour

Depuis déjà plusieurs années, Leclerc clame haut et fort sa volonté de contenir les prix, de limiter la hausse des prix des produits, de lutter pour le pouvoir d'achat des consommateurs, et le groupe veut ainsi fidéliser sa clientèle. Le pari semble globalement fonctionner, car sa part de marché ne cesse de croître, sur un marché extrêmement concurrentiel. Début 2022, Leclerc a d'ailleurs été élu par l'organisme UFC Que Choisir comme supermarché le mois cher de France. D'après un sondage IFOP pour le Journal du dimanche, Leclerc est également le supermarché préféré des Français, loin devant ses concurrents. La popularité de la marque Leclerc semble donc être plus élevée que celle de Carrefour, qu'il s'agisse de sondages en notoriété spontanée ou suggérée.

De même, la force du réseau et de la centrale d'achats du GALEC (Groupement d'Achats Leclerc) est sans aucun doute bien meilleure que celle de Carrefour. C'est d'ailleurs ce qui lui permet de contenir ses prix à un tel niveau, et satisfaire ainsi ses clients en matière de niveau des prix et de lutte pour la défense du pouvoir d'achat.

Carrefour a fait le choix d'opter pour la cotation en bourse. Le prix de l'action Carrefour est d'environ 17€, globalement stable au cours de l'année 2022. Son chiffre d'affaires annuel est d'environ 80 millions d'euros. Le fonctionnement du groupe est celui d'un groupe mêlant magasins franchisés et magasins détenus en propre. Les directeurs de magasins ne sont pas nécessairement les propriétaires des magasins. La présence de Carrefour est importante à l'international, avec une présence dans différents pays européens notamment. Le groupe emploie plus de 390 000 salariés, dont plus de la moitié sont employés hors de France.

Leclerc, au contraire, n'est pas coté en bourse. Le groupe est un groupement de magasins tous indépendants. Les adhérents au groupe Leclerc sont propriétaires de leurs magasins. Ils emploient environ 130 000 salariés et doivent réaliser leurs approvisionnements auprès des centrales d'achats du groupe, de façon impérative. Le chiffre d'affaires du groupe est de 48 millions d'euros pour l'année 2019 (avant COVID). Les adhérents sont environ 720 en France et à l'international.

 

Carrefour et Leclerc sont deux des leaders sur le marché de la grande distribution. Tous deux font face aux mêmes contraintes pesant sur le marché de la distribution alimentaire et de la grande distribution ainsi qu'au contexte économique et social (inflation, changements d'habitudes de consommation, décroissance du segment des drives). Les deux groupes sont des organisations génératrices de chiffres d'affaires significatifs, ainsi que de profits importants. Les deux enseignes offrent à leurs adhérents des prix très fortement négociés par le biais d'une centrale d'achats.

Néanmoins, Carrefour et Leclerc sont deux groupes bien distincts, très différents. Carrefour est le plus important des deux groupes, celui qui emploie le plus de salariés et réalise le plus grand chiffre d'affaires. Il est composé d'un groupement de magasins possédés en propre, ainsi que d'une partie de magasins franchisés, alors que le groupement Leclerc est composé de magasins indépendants, dont les adhérents sont propriétaires.

Leclerc a choisi l'indépendance financière alors que Carrefour a fait le choix de la cotation en bourse. Les adhérents de Leclerc ne sont pas des salariés directs du groupe, ils sont des associés et collaborateurs participant au Mouvement de protection et de défense du pouvoir d'achat des consommateurs.

 

Sources : Capital, BFM TV, Femina, Statista