Etudes & Analyses

Comment faire la bibliographie de son mémoire ?

La bibliographie peut se définir comme une liste d'ouvrages, de livres ou de périodiques relatifs à un domaine général ou spécialisé. Ainsi, la bibliographie permet de référencer les différentes sources utilisées pour les travaux de recherche et l'écriture de textes scientifiques, telles que les rapports, les articles ou encore les thèses. Le fruit d'un travail de fond s'illustre et se fonde alors de travaux antérieurs pour accompagner la démarche scientifique de l'auteur. Un travail de recherche implique donc, pour être nécessairement crédible, une bibliographie de documents précis que sont les ouvrages généraux, ouvrages spéciaux, avis, rapports ou encore thèses pour accentuer le crédit de son auteur.

Consultez
tous nos documents
en illimité !

à partir de</br> <span>19.95 €</span></br> sans engagement</br> de durée

à partir de
19.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres
Comment faire la bibliographie de son mémoire ?

Credit Photo : Unsplash Nick Fewings

 

I.      Explication théorique et détaillée de la bibliographie d'un mémoire

A.    Les références bibliographiques

L'intérêt majeur des références bibliographiques est l'identification facile du document.

Les normes classiques françaises sont à la fois utilisées dans les notes de bas de page et pour la bibliographie. Dans tous les cas, plusieurs choix sont mis à disposition du rédacteur :

 - P. Nom
Exemple
: F. Héas

 - Nom (P.)
Exemple
: Héas (F.) ou HÉAS (F.)

- Nom (Prénom)
Exemple
: Héas (Franck) ou HÉAS (FRANCK) ou dans le cas d'un prénom composé : Héas (J.-P.)

L'essentiel est de maintenir son choix durant tout le mémoire.

1.     En matière d'ouvrages, rapports, avis sauf articles :

Le titre d'un ouvrage, rapport ou avis constitue l'oeuvre en elle-même et est donc écrit en italique :

- Nom (P), Titre de l'ouvrage, lieu, éditeur, « collection », date, p. (le nombre de pages total de l'ouvrage lorsqu'on est dans la bibliographie.
Exemple
: Domin (J.-L.), Richard (P.), Ła Chine, 1949-1985, Paris, Imprimerie nationale, coll. « Notre Siècle », 1987, (ex, 600 pages ou 600p)

Lorsque le lieu n'est pas connu, il est possible de mettre la lettre « X ».


2.     En matière de revue ou de pages de l'article :

L'article de revue ou du périodique est considéré comme l'oeuvre, c'est pourquoi, seul son titre est en italique.

- Nom (P), « Titre de l'article », Titre de revue ou de périodique, n°, date, p.
Exemple
: Marres (J.- C), « Économie maritime et insalubrité : le cas des îles tropicales », Les Cahiers d'Outre-mer, n°234, mars 1978, p. 167-198 (ou pp. 167-198)

 

3.     En matière de contribution (d'un article) à un ouvrage collectif (régi par les mêmes règles que pour les ouvrages) :

Le titre d'un ouvrage de contribution constitue l'oeuvre en elle-même et est donc écrit en italique :

- Nom (P), « Titre de l'article », in Nom (P), Titre de l'ouvrage, lieu, éditeur, « collection », date, p.
Exemple
: ROTH (François), « Les Luxembourgeois en Lorraine annexée, 1871-1918 », in POIDEVIN (R.), TRABER (G.), dir., Les relations franco-luxembourgeoises au début du XXIe siècle, Metz, Centre de recherches Relations internationale, 1978, t. II, p. 175-183 (ou au choix, pp.175-183)

 

B.   Les renvois dans les notes de bas page

Lorsque le même ouvrage ou le même auteur est cité plus d'une fois dans la rédaction, plusieurs abréviations peuvent être utilisées pour éviter de copier à nouveau la référence bibliographique en question :

- L'abréviation « op. cit » s'utilise lorsqu'une oeuvre a déjà été citée dans une précédente note de bas de page.
- L'abréviation « loc. cit » s'utilise lorsqu'une partie d'une oeuvre a déjà été citée dans une précédente note de bas de page.
- L'abréviation « idem » s'utilise lorsque différents ouvrages d'un même auteur sont cités dans deux notes de bas de page se suivant.
- L'abréviation « ibid » s'utilise lorsque la même est citée dans deux notes de bas de pages qui se suivent.

Exemple : BUZELAY (A.), Analyse de la réforme du système des retraites en France en regard de celles conduites en Europe, op. cit., p.356

 

C.   La ponctuation

Il est préférable de respecter la ponctuation du pays dans lequel la bibliographie est réalisée. Cela peut paraître inutile de le préciser, mais il arrive parfois que la ponctuation en vigueur en France ne soit pas respectée par « habitude ».

Par exemple, en typologie française, il n'y a pas d'espace avant le point et la virgule. En revanche, il y a un espace avant : les deux points d'explications, le point-virgule, le point d'exclamation et le point d'interrogation --> : ; ! ?

Enfin, au sein des parenthèses et crochets, il n'y a à l'intérieur aucun espace. Exemple (OIT), (OMS), (SNCF) et non pas ( O I T )

 

D.   L'utilisation des majuscules, des caractères italiques, gras et soulignés

Si le logiciel le permet (ce qui est fort préférable), les majuscules doivent être accentuées de la manière suivante : À, Â, É, È, Ê, Î, Ï, Ô, Ö, Û, Ü.

En général, les caractères en italiques sont réservés au titre d'ouvrages, revues, rapports, etc. aux locutions latines et aux mots en langues étrangères.

Les caractères gras quant à eux, tout comme les caractères soulignés, sont principalement réservés aux titres, sous-titres ou pour valoriser un mot.

Néanmoins, ces indications sont uniquement à titre indicatif. En effet, peu importe qu'un titre soit souligné ou non, tout dépend de la valeur que vous accordez à celui-ci. Tout est une question d'esthétisme, de rigueur et de constance. Si vous soulignez un titre, vous avez l'obligation de souligner tous les autres titres et de ne pas les mettre en gras. Il faut que la bibliographie soit belle à voir, qu'elle donne envie d'aller la lire et donc, de lire le mémoire.

 

E.   Précisions

- Lorsque plusieurs auteurs participent à l'ouvrage, il est impératif de les inclure tous dans la bibliographie.
- La typographie utilisée sur les couvertures des livres n'est pas à reprendre, mais celle utilisée, principalement, dans les premières pages de titres.
- L'abréviation du mot « page » est « p » en France et « pp. » en anglais. Pour séparer les numéros, un tiret court est utilisé « p. 16-43 ».
- Il est préférable de respecter la typographie de la langue utilisée pour l'oeuvre citée. Les termes étrangers, dans une bibliographie en français ne sont en aucun cas à mettre en italique.
- Même s'il vaut mieux utiliser des sources physiques, il est possible d'intégrer dans une bibliographie, un article ou revue publiée de manière électronique. Dans ce cas, il faut y indiquer l'URL, le ou les noms des auteurs, le titre de la page, etc. comme pour la citation d'ouvrage physique.

II.     Présentation de la bibliographie

La présentation de la bibliographie est un exercice de classement et d'archivage dans un ordre bien précis : ordre alphabétique et ensuite ordre chronologique.


III.      Exemple pratique (d'un mémoire fictif validé par mon maître de conférences)

BIBLIOGRAPHIE

OUVRAGES JURIDIQUES

BERGERON-CANUT (F.), GAUDU (F.), VATINET (R.), Droit du travail, Paris, Dalloz, 8e édition, 2021, 680 p.

SIMON (A.), HESS-FALLON (B.), MAILLARD-PINON (S.), Droit du travail, Paris, Dalloz, 2019, 450 p.

TABUTEAU (D.), LAUDE (A.), BIOY (X.), Droit de la santé, Paris, Thémis droit, 4e édition, 2020, 724 p.