Etudes & Analyses

Étude de marché exemple - Les fast-foods en 2020

La crise sanitaire ayant débuté en 2020 a affecté de nombreux secteurs. Pour ce qui est de la restauration rapide, il est vrai que ce secteur a été fortement touché, mais en comparaison aux autres secteurs tels que la mode, la beauté et les équipements de maison, la restauration rapide a su limiter les pertes. En effet, grâce à la livraison, au drive et au « click & collect », le secteur de la restauration rapide a connu une baisse des ventes deux fois moins importante que les autres secteurs. D'ailleurs, ces trois services sont désormais considérés comme des tendances.

Consultez
tous nos documents
en illimité !

à partir de</br> <span>19.95 €</span></br> sans engagement</br> de durée

à partir de
19.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres
Les fast-foods en 2020

Credit Photo : Pexels Rania alhamed

Quelques chiffres

Le secteur de la restauration rapide, comme de nombreux autres secteurs, a été frappé en plein fouet par la pandémie du coronavirus. Grâce à la vente à emporter, la restauration rapide a pu minimiser les dégâts. Cependant, entre février et août 2020, le secteur restauration rapide a enregistré une perte de 36 % en visites et cela peut être justifié par le confinement et le couvre-feu qui ont été la cause de 70 % des pertes. La restauration rapide a tout de même pu gagner 8 points de part de marché en étant choisie comme alternative à la restauration à table, dans les entreprises, ou encore tout simplement pour les amateurs de burgers et de pizza aussi bien que pour ceux qui souhaitent manger rapidement ainsi.

Par ailleurs, l'année 2020 a été rude pour le secteur de la restauration rapide. En 2020, le marché a réalisé un chiffre d'affaires de 35 milliards de dollars, soit une baisse de 39 % par rapport à celui de 2019. Les restrictions ont également contribué à la baisse d'activité avec une chute de 70 % des visites en avril et en mai. Ce n'est qu'en novembre et décembre que les différentes enseignes qui opèrent au sein du secteur de la restauration rapide ont pu redresser un peu la barre en termes de fréquentations.
Les services de livraison ont fortement contribué au maintien du chiffre d'affaires du secteur de la restauration rapide. En 2020, la livraison a bondi de plus de 23 % en visites et en dépenses. Alors que les établissements étaient fermés, les fast-foods ayant mis en place des services de livraison ont été en parfaite adéquation avec la crise sanitaire et les enjeux de 2020. La vente à emporter et la livraison ont permis à un bon nombre de fast-foods de limiter leurs pertes. D'ailleurs, pour ce qui est de la livraison, celle-ci a entraîné une forte hausse de la consommation de fast-food.

Acteurs du marché

Partout dans le monde, de nombreuses enseignes ont souffert pendant la crise sanitaire et ont essayé de s'adapter. Les enseignes les plus populaires du secteur de la restauration rapide telles que McDonald's, KFC ou encore Quick ont également eu leur période de crise. La chaîne de restauration rapide McDonald's a vu ses bénéfices baisser de plus de 60 % et son activité réduite par la crise sanitaire, dans le monde entier. La baisse des ventes est certainement liée à la fermeture temporaire des restaurants ainsi qu'au changement des choix alimentaires des consommateurs.


Pour ce qui est de l'enseigne KFC, celle-ci a enregistré une baisse de 20 % par rapport à 2019. Et pourtant, KFC a mis certaines actions en place afin d'éviter une grosse perte. Par exemple, les menus ont été simplifiés dans le but d'assurer la livraison et le drive. Pour essayer de s'adapter à la crise sanitaire, l'enseigne a modifié la moitié de son menu habituel dans plus de 100 établissements. Cette réduction s'accompagne de restrictions sanitaires pour protéger les clients et le personnel.


En France, les enseignes de restauration rapide Quick et Burger King ont cessé leurs activités notamment la livraison et le drive afin de protéger les clients et éviter de mettre en danger les employés.

Tendances 

Avec la crise sanitaire Covid-19, les restaurateurs et les clients ont dû rapidement s'adapter à la situation et prendre de nouvelles habitudes et principalement pendant le couvre-feu et le confinement. D'une part, la pandémie s'est avérée être un révélateur de tendances telles que la livraison, le drive et le « click & collect ». En effet, la croissance de ces trois circuits a explosé et a permis aux fast-foods de limiter leurs pertes. Après la réouverture des fast-foods, les chiffres enregistrés par les pratiques cotées précédemment ont continué d'augmenter et ces dernières se sont affirmées comme étant les meilleures alternatives notamment en termes de restrictions (distanciation sociale, gestes barrières…). On note une croissance de 31 % pour le « click & collect », 34 % pour la livraison et 39 % pour le drive. Alors que les gens évitent les lieux très fréquentés, la livraison à domicile permet au client de se protéger contre le virus et de minimiser ses chances de contamination. Il est fort probable que les gens continuent de se tourner vers la livraison, à domicile ou au lieu de travail, ainsi que le « click & collect » et le drive pour échapper aux endroits à forte fréquentation.


D'autre part dans la majorité des pays ayant mis en place un confinement, les gens passaient la plupart de leur temps chez eux. Pour profiter de leur temps libre, ils se retrouvent dans leur cuisine à essayer de se rapprocher de leur assiette avec une alimentation plus équilibrée. Cette prise de conscience est restée même à la fin du confinement. C'est une habitude alimentaire gardée par de nombreuses personnes qui ont apprécié de retrouver certaines saveurs des plats faits maison. C'est pourquoi cette tendance a été mise en avant par plusieurs enseignes. Celles-ci ont opté pour un ajustement des recettes pour profiter pleinement de cette opportunité.

 

Sources :
- Burger King et Quick cessent toutes les activités - LSA Conso
- Le marché de la restauration rapide : quelles tendances pour 2020 ? - Toute la franchise
- Conséquences du Covid-19 - BRA tendances restauration
- Restauration : les fast-food ont été moins impactés par la crise sanitaire - Challenges
- Comment McDonald's parvient à limiter l'impact de la crise sanitaire - Capital