Consultez
tous nos documents
en illimité !

ABONNEZ-VOUS

à partir de
19.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres

Analyse PESTEL - PSG (Paris Saint-Germain Football Club)

Le PSG est avant tout un club de football mondialement connu. Mais il s'agit également d'une grande entreprise, à l'essor exponentiel, exposé sur le marché mondial. Le club, qui ne comptait en 2011 que 500 000 supporters, a connu une importante métamorphose depuis l'entrée du Qatar au capital du club.

PSG (Paris Saint-Germain Football Club)

Credit Photo : Etudes et analyses

Durant cette période, le club a remporté près de 27 trophées. Il possède désormais plus de 100 millions de followers sur les réseaux sociaux, et fédère des supporters dans plus de 30 pays. Le chiffre d'affaires de la saison 2021-2022 atteindrait 700 millions d'euros, notamment grâce à onze sponsors principaux de grande envergure. Le club dispose du plus gros budget de la ligue 1 pour cette saison-là.

Nous dressons ici l'analyse PESTEL du PSG en tant que marque. Nous présenterons tour à tour l'ensemble des facteurs Politiques, Économiques, Sociaux, Technologiques, Écologiques ou Légaux qui ont ou sont susceptibles d'avoir, maintenant ou plus tard, des impacts significatifs sur le club du PSG.

Les impacts politiques

La stabilité politique, les décisions politiques concernant le football en particulier ou le sport de façon plus générale, l'interdiction ou non de fréquentation des stades à certaines catégories de supporters, sont autant de paramètres qui vont exercer une influence importante sur le PSG. À titre d'exemple, le Royaume-Uni a pris il y a quelques années des décisions drastiques concernant le hooliganisme, en interdisant de stade des milliers de fans extrêmes, et en les obligeant à se rendre dans les commissariats de police pour pointer, lors des jours de matchs. De telles décisions impactent fortement les clubs, leur image, leurs ventes de places pour les matchs, ainsi que celles de produits dérivés. Les décisions politiques concernant par exemple les choix des pays de réalisation des coupes du monde, les choix d'attribution des droits télévisuels, sont également des paramètres qui ont une influence indirecte sur un club comme le PSG.

Les impacts Économiques

La conjoncture économique impacte également fortement le PSG et les autres clubs. En effet, lorsque le contexte économique se durcit, que la croissance ralentit ou qu'une décroissance apparaît, les ménages ont tendance à réduire drastiquement leurs dépenses courantes, en commençant souvent par les dépenses considérées comme non essentielles. Les dépenses de loisirs comme celles liées à l'achat de places de matchs de football peuvent donc être fortement réduites quand le contexte économique n'est pas bon. De même, lors de crises inflationnistes, l'incertitude pesant sur les ménages s'accroît, et elle peut les inciter à réduire leurs engagements futurs, comme leurs abonnements dans des clubs de football pour assister aux matchs.

Les impacts Sociaux

Le football a toujours été une donnée sociale forte en France, comme dans d'autres pays d'Amérique du Sud par exemple, et beaucoup plus qu'aux États-Unis notamment. Ainsi, le poids accordé au sport et au football dans notre société impacte fortement les différents clubs, dont le PSG. De même, la pratique sportive en club, le nombre de licenciés en football, influencent aussi le club du PSG, ses revenus, le nombre de supporters, etc.

Le PSG est également impacté par l'éthique et par les problématiques de respect de l'éthique qui sont centrales depuis quelques années. Le poids toujours plus important donné à ces sujets entraîne de véritables problématiques de gestion pour le club : salaires, montants astronomiques des contrats de sponsoring, etc.

Les impacts Technologiques

Les paramètres technologiques sont peu nombreux à avoir un impact significatif sur le PSG. On peut citer à titre d'exemple anecdotique le poids croissant des jeux vidéo et des jeux de réalité virtuelle, incluant notamment les versions de plus en plus abouties de FIFA pour les différentes consoles de jeux. Cela participe à l'image de marque du PSG de façon virtuelle et détournée.

Les impacts Écologiques

L'importance toujours croissante apportée à l'écologie influence nettement le PSG. Les récentes sorties dans la presse concernant les déplacements de joueurs de foots en avions privés s'inscrivent dans cette logique de poids croissant accordé au respect de l'environnement, à la limitation de l'impact en émissions de CO2, etc. Le PSG doit donc rester en veille sur ce sujet sensible, en perpétuelle mutation, qui peut rapidement déchaîner les foules. La mise en place de modes de déplacement verts, pour l'équipe comme pour les supporters, est un sujet central à envisager sérieusement pour le club dans les prochains mois (malgré toutes les difficultés que cela comporte, en termes logistiques et en matière de sécurité par exemple).

Les impacts Légaux

Les impacts légaux sont peu nombreux à avoir un impact important sur le PSG. L'entrée en vigueur du règlement européen RGPD est l'un d'entre eux, mais ils demeurent peu nombreux dans ce domaine. La limitation des droits des supporters déjà condamnés serait une évolution majeure dans un univers où la violence et les débordements demeurent fréquents, au PSG ou ailleurs.

Le PSG était déjà un grand club français, il y a une dizaine d'années. Avec l'arrivée des Qataris au capital du club, il a su se hisser parmi les premiers clubs du monde. Même s'il n'a encore jamais remporté la ligue des champions, ce club a su gagner en crédibilité sur la scène internationale, en une dizaine d'années. Les montants investis dans le club sont immenses, mais les retombées médiatiques, sportives, footballistiques et commerciales sont faramineuses. Les évolutions des différents domaines, néanmoins, sont rapides et peuvent s'avérer stratégiques. Il est ainsi crucial pour le club de rester en veille sur l'ensemble de ces sujets pour être certain d'être agile, réactif, et de naviguer correctement dans cet environnement changeant, aux mille facettes en perpétuelle évolution.

Sources : Le Parisien, Les Échos