Etudes et Analyses

Étude de cas management avec l'exemple de ZARA

Dans le monde du prêt-à-porter, la concurrence est rude, mais s'il y a bien une entreprise qui a réussi et qui fait preuve tous les jours d'audace et d'innovation, c'est bien Zara. Zara appartient au Groupe espagnol Inditex (détenteur aussi de marques comme Massimo Dutti, Pull & Bear, Stradivarius, Oysho et Bershka) dont Amancio Ortega est à la tête depuis 1975. Ce qui a commencé dans un petit atelier de confection en Galice est devenu aujourd'hui, une entreprise clé dans le monde du « fast fashion ».

abonnez-vous

Consultez
toutes nos études
& analyses sectorielles
en illimité !

img

à partir de
19.95€
sans engagement
de durée

Voir les offres
Étude de cas management avec l'exemple de ZARA

Credit Photo : Pixabay

Pourquoi l'entreprise Zara est-elle un exemple de réussite ?
Le modèle de management de Zara
La non-communication de Zara

Pourquoi l'entreprise Zara est-elle un exemple de réussite ?

La marque Zara a su tirer profit de tous les enjeux micro-environnementaux du secteur du textile et de l'habillement au niveau mondial. Avec des produits se situant en milieu de gamme, mais s'inspirant des modèles des grandes maisons, les magasins proposent à un large public un énorme éventail de vêtements qui séduit au quotidien la clientèle. En plus, une des caractéristiques les plus importantes de la marque c'est le fait que les magasins sont réapprovisionnés en permanence, créant ainsi plus d'offres et donc plus de demandes et plus d'achats.

Aujourd'hui, la marque est présente dans 87 pays et compte avec 2 000 magasins, environ.


Nous vous recommandons cette étude sur le succès international de Zara.


Le modèle de management de Zara

Zara a toujours conservé le contrôle total de son processus de production. En fait, la plupart de la confection est réalisée en Espagne (65 %) dans des usines locales ou des sous-traitants locaux. Quant à la logistique et l'acheminement des produits, tout est automatisé aussi depuis l'Espagne, seule la couture dite basique est traitée en Asie.

L'intégration à la verticale

Ainsi, Amancio Ortega maîtrise l'ensemble de la chaîne de production jusqu'à l'arrivage des stocks dans les différents points de vente. C'est ce que l'on appelle une intégration à la verticale.

C'est notamment grâce à cette intégration à la verticale que Zara est aujourd'hui 12 fois plus forte que ses concurrents. En effet, ne pas avoir misé sur la délocalisation, contrairement à la plupart des autres entreprises du prêt-à-porter et avoir l'oeil sur toute la chaîne a contribué au bon fonctionnement et au développement de la marque.

Externalisation de certaines activités

Une autre stratégie de management utilisée par Zara est l'externalisation de certaines activités, c'est donc le cas pour le réseau de franchises et de concessions que la marque a mis en place. Avec les franchises, Zara concède à des entreprises indépendantes le droit de vendre ses produits et dans le cas des concessions, la marque approvisionne une autre entreprise avec les produits Zara avec un respect des quotas de vente, participation aux actions promotionnelles, etc.


Les études suivantes peuvent vous intéresser :

Chaîne logistique de Zara
Analyse du management stratégique de l'entreprise Zara


La non-communication de Zara

Encore une fois, Zara se distingue des autres par son choix de non-communication. En termes de marketing et de management en communication, la marque espagnole a opté pour ne dépenser que très peu dans des publicités. L'entreprise considère que la publicité n'ajoute pas grand-chose aux clients et en plus, pour une marque qui renouvelle presque tous les 10 jours ses produits, quel est intérêt de communiquer sur un article qui ne sera bientôt plus disponible ?

Pour Zara, le meilleur moyen de communiquer est la bonne utilisation de ses vitrines et aussi, de plus en plus, d'Internet.


Source : Le journal du net


Nous vous conseillons les articles suivants :

Desigual ou le succès d'une marque colorée
Un exemple d'étude de gestion, étude du cas Nike
Une analyse PESTEL du prêt-à-porter européen