Consultez
tous nos documents
en illimité !

ABONNEZ-VOUS

à partir de
19.95 €
sans engagement
de durée

Voir les offres

Analyse PESTEL du marché du cinéma

Le marché du cinéma était un marché prospère et dynamique avant la crise COVID, jusqu'en 2019 inclus. La crise sanitaire, les fermetures administratives, l'annulation des grands évènements et des grands festivals comme le festival de Cannes, les arrêts de tournage, les mises en place de pass sanitaires, tous ces éléments ont bousculé le secteur et l'ont entraîné dans une sorte de marasme dont il peine à sortir encore aujourd'hui.

Analyse PESTEL du marché du cinéma

Credit Photo : Unsplash Myke Simon

Le marché du cinéma représentait environ 213 millions de billets d'entrée en France en 2019. En 2020, seulement 65 millions d'entrées ont été comptabilisées, du fait principalement des nombreux mois de confinement et de fermeture.

L'analyse PESTEL du marché du cinéma vise à décrire l'ensemble des facteurs qui exercent ou pourraient exercer (à plus ou moins long terme) un impact significatif sur le marché du cinéma. Ces facteurs sont divers, et peuvent être par exemple politiques, économiques, sociaux, technologiques, écologiques et légaux.

Les facteurs politiques

Les décisions politiques, et notamment celles qui entourent la crise sanitaire, sont parmi les facteurs les plus importants d'influence sur le marché du cinéma. Des fermetures administratives ont ainsi été décidées à plusieurs reprises, mettant l'ensemble du marché à l'arrêt. De même, les couvre-feux ont hypothéqué pendant de longs mois le chiffre d'affaires du secteur, empêchant toutes les séances de soirées et de nuit. Enfin, la mise en place des contraintes, des jauges, du port du masque, des limitations et des distanciations sociales, du pass sanitaire, viennent également pénaliser le chiffre d'affaires du cinéma et compliquer leurs opérations.

Par ailleurs, les grandes orientations politiques et notamment la place accordée à la culture, l'implication du ministre de la Culture, les décisions relatives aux subventions liées au cinéma et au secteur dans son ensemble, impactent également fortement le marché du cinéma français et international.

Enfin, la facilité à voyager à l'international peut également rendre plus faciles ou plus difficiles les tournages, et donc les productions de films.

Les facteurs économiques

La santé économique des pays industrialisés, le revenu des ménages et sa proportion disponible allouée aux loisirs, l'inflation, le contexte économique général, influencent fortement le secteur du cinéma. En effet, les dépenses de cinéma sont considérées comme non essentielles par la plupart des ménages et elles peuvent ainsi faire l'objet d'une réduction dans le cas d'une baisse du revenu, ou du revenu disponible. De plus, un contexte économique incertain peut entraîner les ménages à épargner davantage pour faire face à d'éventuels futurs coups durs, et donc à réduire leurs dépenses de loisirs.

Les facteurs sociaux

Les habitudes des ménages en matière de consommation de cinéma sont cruciales pour le marché du cinéma dans son ensemble. On assiste depuis plusieurs années à l'essor phénoménal des plateformes de streaming et de films disponibles à la demande, en toute flexibilité et sans contraintes. Les consommateurs ont pris goût à ces consommations à la carte, et ont réduit fortement leur fréquentation des cinémas, notamment depuis le premier confinement du printemps 2021.

La répartition géographique des ménages est également un critère clé. Dans les campagnes, il est moins facile d'accéder à des cinémas, qui représentent un loisir moins « réflexe » que dans les grandes villes.

Enfin, le cinéma est une sortie de loisirs qui s'opère souvent en groupe, et la diminution des regroupements sociaux de loisirs, notamment dans le cadre de la crise sanitaire, peut impacter le marché du cinéma.

Dernière chose à mentionner, la prise de conscience des aspects négatifs du monde du cinéma, des difficultés notamment liées au respect des femmes et à différents abus sexuels, peut ternir l'image du marché du cinéma et avoir un effet délétère indirect sur ce marché.

Les facteurs technologiques

L'essor des nouvelles technologies bouleverse clairement le monde du cinéma. Le développement de la télévision 4K, l'essor des tablettes numériques, l'explosion de l'équipement en smartphones et en forfaits de data en quantité illimitée, sont autant de facteurs qui viennent redistribuer les cartes sur ce marché global. Les consommateurs ne consomment pas moins, mais ils consomment de façon complète différente d'il y a dix ans par exemple. La consommation actuelle est beaucoup plus individuelle et beaucoup plus flexible et à la carte. L'écart entre les technologies et les équipements disponibles dans les salles de cinéma, et ceux disponibles à domicile, tend en effet à se réduire drastiquement, ce qui vient bouleverser les équilibres sur le marché.

Les facteurs écologiques

Les facteurs écologiques ont une influence limitée sur le marché du cinéma. On peut penser par exemple à la limitation des déplacements polluants, qui peut influencer certains choix de tournage ou de casting. La consommation de contenu cinématographique est reconnue comme étant la première source de trafic sur Internet, et donc de pollution, notamment liée aux serveurs, etc. Cela sera sûrement débattu âprement dans les années à venir avec les industriels du secteur.

Les facteurs légaux

Les règles relatives à la concurrence, par exemple, impactent fortement le secteur. C'est le cas par exemple des régulations pour les plateformes de diffusion de contenu comme Netflix ou Disney+, parmi d'autres.

L'encadrement des diffusions de contenu, la lutte contre le piratage des contenus cinématographiques, sont d'autres facteurs susceptibles d'influencer significativement le marché.

Le marché du cinéma était un marché dynamique et prospère depuis de nombreuses années, avant la crise COVID. Depuis, il peine à retrouver un niveau normal d'activité, et à renouer avec la rentabilité. Pour ce faire, il y a fort à parier que le marché devra opérer une profonde refonte, notamment du fait de l'importance nouvelle des plateformes de diffusion de contenu à la demande. Malgré tout, le marché semble enregistrer les prémisses d'une reprise économique, et cette tendance pourrait se poursuivre au cours de l'année 2022.