Etudes & Analyses

Analyse SWOT du e-commerce

Le commerce électronique connaît un succès fulgurant depuis plusieurs années. Il représente en effet rien qu'en France un chiffre d'affaires global de 81,7 milliards d'euros en 2017, soit 14% de plus qu'en 2016.

Consultez tous nos documents en illimité !

à partir de <span>19.95 €</span> sans engagement de durée

à partir de 19.95 € sans engagement de durée

Voir les offres
Analyse SWOT du e-commerce

Credit Photo : Unsplash Brooke Cagle

Chaque année, ce sont près de 38 millions de consommateurs qui achètent sur le net, dont 12 millions commandent directement via leur mobile. Sur le territoire français, ce sont plus de 182 000 sites qui sont actifs. Il faut savoir en outre que 87% du chiffre est généré par 5% seulement des sites marchands, soit par environ 9 000 sites. Un acheteur français déclare faire sur Internet environ 33 transactions par an pour un panier moyen de 70 euros. De plus, notons que 34% des Français sont abonnés à un service de livraison premium.

L'analyse SWOT permet de mesurer l'importance des forces et des faiblesses d'un secteur, ainsi que de mettre en avant les opportunités qui s'offrent à lui et les menaces qui peuvent freiner son bon développement.


LES FORCES
LES FAIBLESSES
LES OPPORTUNITES
LES MENACES

LES FORCES

Les forces du commerce électronique sont nombreuses. En effet, le mode de vie des consommateurs a beaucoup changé au fil du temps. L'arrivée d'Internet et plus particulièrement celle des smartphones et des tablettes ont renforcé le commerce en ligne. Beaucoup de boutiques ou en tous cas les plus rentables possèdent leur propre application, et cela permet au client de gagner un temps considérable. Les applications sont en effet optimisées pour être pratiques, simples d'utilisation et proposent des choix personnalisés aux clients, qui sont alors sans cesse poussés à la consommation.

Outre le gain de temps, il faut également noter que le choix sur le net est beaucoup plus vaste que dans les magasins physiques. Les boutiques n'ayant pas ou tout du moins beaucoup moins de frais, elles peuvent en outre se permettre de pratiquer des tarifs très attractifs. Prenons l'exemple d'Amazon, le célèbre géant américain. Le site est une véritable foire fouille où les consommateurs pourront trouver tout ce qu'ils cherchent ou presque à des tarifs plus que compétitifs.

Les délais de livraison sont également beaucoup plus courts qu'il y a quelques années en arrière avec un meilleur suivi. Les consommateurs sont beaucoup moins réticents aujourd'hui, même si ce n'est absolument pas une généralité, quant au fait de payer avec leur carte bancaire sur des sites.

Notons enfin que la grande majorité des services après ventes sont beaucoup plus aboutis, avec des conseillers présents sous forme de chat ou même un numéro de téléphone pour joindre le personnel, ce qui tend peu à peu à renforcer la confiance des clients.



LES FAIBLESSES

Nous parlions du paiement sur le net. Tout le monde n'est pas à l'aise avec cela, même si les réfractaires sont de moins en moins nombreux. La peur des arnaques et des fraudes est toujours présente dans les esprits et il est vrai qu'il n'y a jamais eu autant de fraudes à la carte bancaire que ces dernières années.

Les boutiques en ligne ne permettent ni d'essayer ni de tester le produit. Selon le type d'achat, cela peut être un frein pour certains clients. Notons également que pour les achats d'appareils Hi-Tech comme les smartphones ou ordinateurs, les clients ont souvent peur d'acheter et de ne pas recevoir le produit ou de ne pas bénéficier d'assurances assez importantes en cas de vol ou de casse du produit durant le transport.

Enfin, et c'est davantage le cas sur des produits onéreux, les clients ne sont pas sûr des services après-ventes que l'on trouve en ligne. Les Français sont donc nombreux à aimer acheter des petits produits sur le net, mais préfèrent avoir affaire à un conseiller pour des achats plus importants.



LES OPPORTUNITES

Les opportunités sont nombreuses sur ce type de segment. Les années qui arrivent verront de plus en plus de boutiques en ligne, et même les boutiques physiques font dorénavant une grosse partie de leurs chiffres grâce aux commandes en ligne sur leur site.

Le « click and collect » fait partie du commerce électronique puisque les consommateurs achètent sur le net et vont récupérer leurs produits dans le magasin de leur choix. C'est la même chose pour les drives des grandes distributions.

Tout est fait pour permettre aux clients d'être plus autonomes dans leurs achats et grâce au e-commerce, les cyber acheteurs peuvent commander partout dans le monde.

On ne peut pas imaginer le futur sans commerce électronique, car celui-ci est rentré dans les habitudes de vie, et lorsque les réfractaires qui, le plus souvent, font partie des anciennes générations auront disparu, il s'étendra encore davantage.



LES MENACES

Pour certains marchés, le commerce électronique peut présenter plus d'inconvénients que d'avantages. C'est le cas, comme nous l'avons dit plus haut, des produits onéreux que les consommateurs préfèrent payer certes plus cher, mais être surs que la livraison se fera sans encombre. Les magasins physiques ne sont donc pas près de fermer leurs portes, car même si le e-commerce permet aux clients une meilleure autonomie, il ne leur permet pas de tester un produit directement sur place ou de se rendre compte de ses caractéristiques physiques.

Les fraudes que l'on n'a de cesse de répertorier concernant les paiements en ligne font toujours peur à beaucoup de consommateurs qui ont de toute façon pour beaucoup encore besoin d'un conseiller physique pour les aider dans leur choix.



Sources : Les nouveaux défis du commerce électronique, Judith Rochfeld ; Commerce électronique : techniques et enjeux, Pierre Reboul ; Commerce électronique et marketing électronique, Foued Sabbagh ; Sud Ouest